Le Burkina Faso et la province du Yatenga

Le contexte géographique

La province du Yatenga est située dans la partie Nord-Ouest du Burkina Faso, à 180 km au Nord de Ouagadougou, capital du pays.

 

Le climat est de type soudano-sahélien avec une période sèche d’Octobre à Mai et des précipitations de l’ordre de 400 à 700 mm par an, réparties de Juin à Septembre. Les importantes fluctuations inter-annuelles des précipitations et la mauvaise répartition spatio-temporelle des pluies constituent des contraintes déterminantes pour l’agriculture qui est pourtant la base de l’économie de la zone.

 

Le relief est principalement caractérisé par des massifs latéritiques et une pénéplaine d’altitude voisine de 350 m. Les sols cultivables représentent environ 30% de la superficie totale et sont relativement pauvres, fragiles, et de faible capacité de rétention en eau. Les sols subissent en plus les effets du surpâturage, des cultures sans rotation et de l’absence de jachères ; ils présentent de ce fait une forte sensibilité à toutes formes d’érosion. 70% de la superficie totale représentent les sols inaptes à la culture et leur récupération est toujours restée problématique.

 

Le couvert végétal est composé de brousse tigrée en îlots, de steppe en zone granitique et sédimentaire et de savane arborée. Cette végétation est sujette à un dépérissement important. L’agriculture et l’élevage, l’exploitation abusive du bois (bois de chauffe, de service…) sont à la base de cette dégradation.

 

Sur le plan de l’hydrographie, la province est peu arrosée mais possède un réseau hydrographique, notamment quelques barrages autour duquel se développe une activité maraîchère très importante.

 

Carte du Burkina Faso

 

Le contexte démographique

 

La population de la province du Yatenga est de 450 251 habitant(e)s selon le recensement général de la population de 1996. Au regard des données de ce recensement général, la population du Yatenga se caractérise par son extrême jeunesse. En effet, en 1996, 49,3% de la population avait moins de 15 ans. Les adultes de 15 à 64 ans représentaient 45,4% de la population totale. Notons que la population résidente comptait 53,4% de femmes pour 46, 6% d’hommes. Ce déséquilibre est surtout dû aux migrations qui affectent plus les hommes.

 

Plus de 80% de cette population est analphabète.

 

Suite aux effets de la sécheresse, la zone connaît un mouvement migratoire très important. Les migrations intéressent :

 

-          Les jeunes en quêtes d’un travail rémunérateur en ville et/ou au niveau des sites d’or ;

-          Les jeunes, adultes et familles entières qui vont vers l’Ouest du Burkina en quête de terres plus fertiles et de pluviométrie encore satisfaisante.

 

Le contexte économique

 

90% de la population sont des paysans dont les ressources proviennent de l’agriculture vivrière, l’élevage et le maraîchage. Les 10% restants sont des commerçants et des employés des secteurs informels, privé et public.

 

Se contentant toujours d’un matériel rudimentaire, les paysans produisent du mil, du sorgho, du maïs, du riz, de l’arachide, du sésame, du niébé et du fonio. Le mil et le sorgho sont les cultures dominantes. Dans l’ensemble, le bilan céréalier de la zone au cours de la dernière décennie est très négatif.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×